Mise en place d’un suivi botanique pour évaluer l’efficacité des essais de restauration de la dune grise au Fort du Loc’h à Guidel

Introduction

Les travaux de suppression des fourrés à prunelliers et à ajoncs, commencés cet automne, au Fort du Loc’h, ont justifiés la mise en place d’un dispositif de suivi botanique. Ce suivi botanique, va permettre d’évaluer l’efficacité des mesures de suppression de fourrés à prunellier,s en vue de la restauration de dune grise, habitat écologique prioritaire et en régression sur le littoral breton.

Présentation du siteCarte localisation du site du Fort du Loc'h © David Cario

Acquis par Lorient Agglomération en 2005, les abords du Fort du Loc’h sont entretenus par la Direction du Patrimoine Naturel de l’agglomération. L’ensemble des parcelles, fait partie du site Natura 2000 « Rivière Laïta, Pointe du Talud, étangs du Loc’h et de Lannénec » pour les habitats naturels et les espèces qu’il abrite.


Une analyse des photographies aériennes du site, ont mis en évidence une progression très rapide des fourrés à ajoncs depuis les années 20. En 1958, les fourrés atteignaient 1,3Ha. A partir des années 80, et jusqu’à aujourd’hui, la surface des fourrés s’est agrandie pour atteindre 6,0Ha. Elle a été multipliée par plus de 8, de 1924 à 2010, soit autant de dune grise disparue.

Les travaux et le suivi botanique

Les travaux, effectués par les équipes techniques de la Direction du Patrimoine Naturel, sont réalisés afin de reconquérir la dune grise, par la suppression des fourrés à ajoncs et à prunelliers envahissant progressivement la dune grise. Les équipes ont testé plusieurs méthodes d’interventions telles que le griffage mécanique et l’étrépage mécanique. La mise en place d’un suivi botanique était donc nécessaire pour évaluer ces méthodes, car c’est la végétation se développant post-travaux, qui déterminera l’efficacité des techniques employées.


Un protocole de suivi botanique (téléchargeable ici) a été créé. Il décrit la méthode de suivi de la végétation sur le site du Fort du Loc’h. La méthode choisie pour le suivi botanique est le carré permanent. Les relevés de la végétation dans les carrés permanents, sont des relevés phytosociologiques selon la méthode de Braun-Blanquet.

Ces relevés constituent une valeur indicatrice des changements de la composition floristique. Il a y au total huit zones de relevés homogènes (même type de végétation et même type d’intervention de gestion) comportant chacune cinq carrés permanents, représentatifs au mieux de l’habitat étudié, soit au total quarante carrés permanents placés sur la dune grise et les fourrés. Chaque carré permanent a une surface de 2.25 m², soit 1.5 m de côté et est identifiable par des piquets en acier galvanisé enfoncés dans le sol.

Les fourrés ne seront pas supprimés dans leur totalité. Des bosquets seront gardés car ils abritent une faune intéressante. On peut notamment y observer la Bouscarle de Cetti Cettia cetti et la Fauvette pitchou Sylvia undata.

Pourquoi reconquérir la dune grise ?


La très grande richesse végétale de la dune grise étant importante pour la biodiversité, c’est un habitat qui a été classé habitat patrimonial à caractère prioritaire par l’Europe.


La dune grise ou dune fixée est un habitat mal connu, pourtant l’on y retrouve la plus grande diversité d’espèces végétales sur le littoral (en moyenne une quarantaine d’espèces sur 1m²). Ces espèces poussent sous une forme naine sous les effets du vent, d’un sol maigre et drainant.
Dans le passé, la dune grise était entretenue par des pâturages extensifs. A l’abandon de cette activité agricole, s’ajoute la création de la route côtière RD152 et la pratique du caravaning dans les années 70, qui induisent son embroussaillement par les ajoncs et les prunelliers.
La dune grise est composée en grande partie de Rose pimprenelle - Rosa pimpinellifolia, de Raisins de mer – Ephedra distachya et de mousses et lichens.Linaria arenaria © David Cario

Elle a également, en son sein, des espèces patrimoniales :

  • La Linaire des sables – Linaria arenaria, est une petite annuelle endémique du littoral atlantique français, elle se développe sur des sables remués. Elle est protégée régionalement en Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Charentes, Basse-Normandie et Aquitaine. Elle est nommée dans la Liste Rouge de la flore armoricaine ainsi que dans le Livre Rouge de la flore menacée de France ;
  • L’Astéroline en étoile – Asterolinon linum-stellatum, Est aussi une petite plante annuelle présente sur le littoral atlantique ainsi qu’en méditerranée. Elle est nommée dans la Liste Rouge de la flore armoricaine.

Pour aller plus loin, vous pouvez télécharger les documents suivants :